Accueil > News > La parole à John Van Den Plas


La parole à John Van Den Plas

mardi 11 décembre 2018

  • Qui êtes-vous?

Diplômé en tourisme (ISALT) puis en anthropologie (ULg), j’ai accompagné pendant plusieurs années des étudiants dans l’élaboration de tours organisés à Bruxelles, en Belgique et à l’étranger pour différents publics (groupes scolaires; bénéficiaires sociaux, etc.). Je suis actuellement chargé des cours de sociologie des loisirs et du tourisme, d’anthropologie et je coordonne le module de “tourisme alternatif et durable” à l’ISALT (Management des Loisirs et du Tourisme à Bruxelles). 
Parallèlement, j’effectue des recherches ethnographiques qui s’intéressent aux quartiers multiculturels bruxellois et aux impacts de projets occidentaux (touristiques, associatifs, non gouvernementaux, etc.) “pensés” au Nord pour être appliqués au Sud (plus précisément en Afrique de l’Ouest et à Cuba) et je viens d'intégrer le nouveau réseau-lab "Ulysse".

  • Les Zinneguides, qu'est-ce que c'est?  

Ce sont des balades interculturelles dans notre capitale menées par des Bruxellois(e)s issu(e)s de l'immigration.  Tout au long d'une formation de 9 mois (qui aborde l'Histoire de la Belgique, de l'immigration, des chocs culturels, etc.), les Zinneguides créent progressivement leurs “ZINNEBALADES” via des techniques ethnographiques (observation participante, interviews, etc.) afin d’inclure les habitants et les acteurs économiques et sociaux du quartier. Chaque guide apporte à sa visite sa personnalité, ses passions (l'art, la littérature, la photographie, etc.).

  • Quel a été le point de départ de ce projet?  

Certains quartiers nous paraissent parfois difficilement accessibles et on y passe sans vraiment aller à la rencontre des gens. Moi-même, j'ai grandi entre les quartiers populaires du nord de Bruxelles et les bulles d'expats à Kinshasa. Je me suis vite rendu compte que mes camarades n'avaient pas toujours les codes pour passer d'un monde à l'autre, d'un quartier à un autre. On a parfois besoin d'être accompagné. L'idée de ce projet est donc de créer des ponts entre les Bruxellois (ou non), les quartiers, etc.
Avant de mettre en place cette initiative citoyenne, nous avons réalisé une enquête exploratoire de 6 semaines (juillet-août 2016) en Italie afin de rencontrer les concepteurs d'un projet similaire. Nous avons testé plusieurs visites dans différentes villes d’Italie tout en abordant les difficultés et les apports de cette expérience tant pour le public que pour les guides.

  • Quelle a été l’implication de la HE Galilée et des étudiants en tourisme dans ce projet?  

Afin d’approfondir les particularités culturelles de Bruxelles, et mieux connaître les zinnekes*, une recherche appliquée via des études de terrains est réalisée par mes étudiants en 2ème et 3ème Bacheliers (ISALT) depuis 2016. Dans ce cadre, des récits migratoires d’une centaine de “nouveaux” Bruxellois sont récoltés ainsi que des analyses ethnographiques de cérémonies religieuses dans la capitale. Des parcours interculturels sont ensuite créés par les étudiants de 3ème année. Tous ces matériaux servent de ressources pour les Zinneguides et d’expériences de terrain pour préparer nos étudiants à leur futur professionnel interculturel.

*nom en dialecte bruxellois qui désigne une personne mélangée culturellement

Retour à la liste des news