Accueil > News > Le Decret Open Access en bref


Le Decret Open Access en bref

jeudi 30 août 2018

1. But :

Le 3 mai 2018, a été voté le décret « Open Access », un décret prévoyant l’obligation pour les chercheurs ayant bénéficié de fonds publics de publier leurs recherches sur une archive institutionnelle accessible à tout le monde. Ce décret  a une double ambition :

 Tout d’abord, il est un accélérateur destiné à booster la recherche scientifique, ici en Belgique

Mais il permet également une ouverture de notre production scientifique aux autres pays gravitant autour de nous.

2. Raison :

Il y a une vingtaine d’années deux constats ont sauté aux yeux des institutions de nombreux pays autour du globe : 

- Premièrement, un regroupement des grands éditeurs internationaux s’opère, permettant ainsi de privatiser et de monnayer l’accès aux résultats de la recherche. 

- Deuxièmement, une évolution d’internet en un vecteur de connaissances où les éléments deviennent de plus en plus facilement accessible de manière gratuite pour les utilisateurs du net.

Pendant longtemps, il a été soutenu que l’« internet gratuit » viendrait à bout des consortiums d’éditeurs. Cependant, 20 ans plus tard, nous sommes forcés de reconnaître que ce n’est pas le cas. Cela s’explique notamment par le fait que le chercheur est jugé par la société sur le prestige de la revue où il est publié. De ce fait, il existe toujours un monopole, malgré l’essor d’internet. 

3. Réponse :

Etant donné qu’imposer une publication uniquement en « Open Acces » à l’entièreté du monde de la recherche n’était pas une possibilité sérieuse, la réponse aux problèmes du monopole de l’édition a été trouvée en « laissant au chercheur toute sa liberté académique du choix du journal dans lequel il souhaite publier », tout en l’invitant à déposer son manuscrit dans l’archive électronique de son institution. 

4. Subtilité :

Seule ombre au tableau du décret. Lorsque le manuscrit est déposé dans une archive institutionnelle, il est directement accessible au public; Ce qui peut poser potentiellement problème avec les contrats entre le chercheur et les éditeurs, ces derniers exigeant d’être les seuls à pouvoir monnayer l’accès aux publications. Du coup, le compromis introduit par le décret est d’accorder ce fameux accès restreint dans le chef des éditeurs, mais au-delà d’un certain délai, l’archive institutionnel peut mettre à disposition gratuitement le résultat des recherches. 

5. Avantages : 

Des études ont démontré que lorsque les publications étaient « libérées », on assistait à deux fois plus de citations, et 30 fois plus de lectures. Donc Boost de la recherche

 Facilité pour les chercheurs et les petits éditeurs d’avoir de la visibilité

Uniformisation des règles sans uniformisation des archives 

Retour à la liste des news